• Marie

Apprendre la broderie en Inde.

Mis à jour : 6 juin 2019


"Après une heure de trajet, le taxi noir et jaune me dépose devant l’immeuble bleu pétrole à Thane. Une heure dans la jungle de Bombay peuplée de motos, rickshaws, camions,vélos, voitures, chariots, piétons et vaches sacrées… Sous le refrain incessant des klaxons.


Des baskets. Des sandales. Des claquettes. Les chaussures sont alignées devant la porte d’entrée. Certaines sont usées, couvertes de poussière, d’autres sont plus neuves.

Je regarde attentivement chaque chaussures et je dépose mes ballerines. Puis je rentre.


L’atelier s’étend sur deux salles juxtaposées, les murs sont peints en bleu, les pales des ventilateurs rafraichissent l’air étouffant.


Le chef d’atelier m’amène devant Alam.


Alam est assis en tailleur à même le sol, le métier au niveau des épaules. Il brode.

Gênée d’être debout, je m’assois. 

Il porte une chemise délavée à rayures bleues. Il a remarqué ma présence, sa tête reste penchée sur sa broderie.


Concentré, seul ses mains bougent : sa main droite dépose des paillettes avec son crochet, sa main gauche déroule le fil sous le métier.  La cadence est précise et minutieuse. Je suis fascinée. Immobile, je n’entends plus que le son du crochet transperçant le tissu. Le temps s’arrête.

Il relève les yeux et croise mon regard. Je lui souris et incline lentement mon visage.

Son menton oscille de droite à gauche en entrainant sa tête. " novembre 2012




Je découvre la broderie indienne en novembre 2012 à Bombay au sein de l'atelier Ardy 2M Studio. Les artisans indiens m'ont transmis leur savoir faire traditionnel et ancestral : l'art de la broderie.


Les brodeurs sont soit karigars, soit zardozis.

Les karigars brodent à l’aide d’un aari : une mince baguette métallique se finissant par un petit crochet. Les zardozis brodent à l’aiguille. 

Karigars et zardozis, bien que tous sachent manipulés aari et aiguille, restent exclusifs sur leur propre technique. Assis tailleur à même le sol, ils brodent avec concentration, discrétion, minutie et rapidité. 


Le métier de brodeur est exclusivement masculin en Inde. Celui-ci se transmet de père en fils à chaque génération. Ils descendent des Perses qui sont venus en Inde pour la construction du Taj Mahal et puis se sont dispersés le long du Gange. C’est pourquoi la majorité sont tous musulmans et originaire de Calcutta, du Bihar, de l’Uttar Pardesh… Et sont venus travailler à Bombay quittant parfois leur famille.







L'apprentissage de la broderie indienne avec les karigars fut une histoire extraordinaire ! La broderie nous offre une infinité de techniques possibles et merveilleuses.


Après cette expérience, je retourne en France la tête remplie de milles idées, la broderie est le moyen d'exprimer mes ressentis, de retranscrire mes émotions.





La générosité, la précision, la création, la patience, la concentration, le sourire ... Merci à l'Alam, Idriss, Atiq, Rachid, Mohamed et Mois.





45 vues1 commentaire

variations textile&broderie

Clermont-Ferrand

 

variationstextile@gmail.com

06 83 94 37 30

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Pinterest Icône

© 2023 by Design for Life.

Proudly created with Wix.com